Comment participer au développement du projet ou à son financement ?

=>

Les citoyens peuvent participer au développement de parcs éoliens de deux façons :

  1. Intégrer notre Comité Local de Suivi afin de participer à la modélisation du projet en respectant les contraintes identifiées par les études et les retours des acteurs locaux.
  2. Financer les projets grâce au financement participatif.
    La participation financière des citoyens au développement des énergies renouvelables est courante et la rentabilité de l’investissement n’est souvent pas la première motivation des citoyens qui s’engagent. En effet, les projets de développement des énergies renouvelables permettent de :
  • Valoriser les ressources économiques et énergétiques des territoires,
  • Promouvoir une dynamique collective de transition énergétique dans laquelle les habitants s’expriment et participent aux prises de décision,
  • Renforcer l’intégration locale des projets d’énergies renouvelables,
  • Participer à un projet qui a du sens pour le territoire,
  • Maintenir et/ou créer des emplois sur le territoire,
  •  …
    En constatant les aspects positifs de leur investissement sur l’environnement, les citoyens sont encouragés à investir dans les nouveaux projets d’énergies renouvelables (solaire, éolien offshore, bio gaz…). Ils deviennent ainsi des acteurs incontournables de la transition énergétique. Le financement participatif n’est ni imposé ni automatique. Si vous êtes sur le territoire du projet et que vous souhaitez participer financièrement à sa construction, alors n’hésitez pas à nous en faire part et à en faire part au Comité Local de Suivi (CLS)

Les éoliennes vont-elles défigurer le paysage ?

=>

L’esthétique des éoliennes dans le paysage a un caractère très subjectif. Certaines personnes trouvent qu’elles détruisent le paysage, d’autres qu’elles sont belles et harmonieuses. Les paysages naturels sont déjà largement modifiés par l’urbanisation, les routes, les industries, … Il faut intégrer le fait que les éoliennes ont été conçues pour être éphémères, avec une durée de vie de 20 à 25 ans maximum. C’est une énergie de transition, qui ouvre à de nombreuses recherches sur une solution verte au long terme et avec des outils permanents qui n’impacteront pas le paysage français. Elles ne sont ni conçues ni vouées à rester définitivement sur le territoire. Ainsi, avant d’installer un parc éolien, nous tenons compte des particularités de l’environnement et de l’avis des populations et des collectivités pour que les éoliennes s’intègrent dans le paysage, exactement comme d’autres infrastructures nécessaires (lignes électriques, routes, châteaux d’eau, …) qui, eux, sont permanents. Nous modelons le parc avec les acteurs locaux afin de construire un projet durable et avec le moins d’impact possible sur la vie du territoire et de son environnement. Les organismes chargés de la protection du patrimoine, de la nature et/ou de l’architecture sont tous consultés en amont de la demande d’autorisation. La participation de tous est essentielle : chaque retour ou avis peut nous aider à mieux apprécier les enjeux paysagers par la connaissance du terrain, être le relais incontournable pour diffuser de l’information aux habitants et proposer des lieux de concertation. Chacun peut aussi participer activement au choix du site parmi les différentes zones proposées. Toutes les pièces du dossier et notamment les éléments de l’étude d’impacts sont mis à disposition de tous. Vous pouvez ainsi demander des explications et donner votre avis sur le projet avant la fin de l’instruction de la demande d’autorisation environnementale unique. Des réunions de présentation et de concertation sont fréquemment organisées avec les habitants vivant dans un rayon de 6 km autour du site d’implantation retenu. Le Préfet peut exiger que d’autres communes proches soient également incluses dans le périmètre de la consultation. Lors de l’enquête publique, un commissaire enquêteur recueille l’avis de tous les citoyens qui souhaitent le donner.

Quel est l’impact des éoliennes sur la valeur de mon habitation ?

=>

La valeur d’un bien immobilier dépend de nombreux critères qui sont constitués à la fois d’éléments objectifs (localisation, surface habitable, nombre de chambres, isolation, type de chauffage…) et subjectifs (environnement, impression personnelle, coup de cœur…). Elle ne peut donc être imputée à la seule présence d’éoliennes à proximité de ce même bien. Différentes études immobilières menées ces dernières années montrent que les évolutions constatées sur le prix de l’immobilier à l’échelle locale sont avant tout influencées par les tendances nationales ainsi que par l’attractivité de la commune (présences de services, terrains attractifs…) plus que par la présence des éoliennes. Par ailleurs, un projet éolien induit des retombées économiques sur le territoire via le versement de taxes. On constate qu’une commune accueillant un parc sera souvent une commune pouvant développer ses infrastructures (écoles, crèches, salle polyvalente, équipements sportifs…) ou baisser les impôts locaux, et ainsi augmenter son attractivité.

Les éoliennes sont-elles dangereuses pour la santé ?

=>

Aucune étude ne confirme la dangerosité de l’éolien sur la santé humaine ou animale. Selon l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, les éoliennes ne seraient pas dangereuses pour les riverains puisqu’elle estime en effet qu’il n’existe pas d’effets sanitaires spécifiquement liés à leur exposition à la part non audible des émissions sonores des éoliennes.
Un deuxième rapport de l’Académie de médecine publié en 2017 vient corroborer ces conclusions, mettant en cause « l’effet nocebo » des éoliennes. Une récente étude néo-zélandaise, menée en double aveugle, a ainsi montré que, seuls les sujets ayant reçu des informations négatives sur les éoliennes ont rapporté des symptômes, qu’ils aient été ou non soumis à l’exposition aux infrasons. « En d’autres termes, la crainte de la nuisance sonore serait plus pathogène que la nuisance elle-même », constate l’Académie de médecine.
L’éolien contribue également à la conservation de la qualité de l’air et de vie des citoyens car il ne rejette pas de particules fines et ne pollue ni les sols ni la faune à proximité, contrairement aux énergies fossiles et fissiles qui composent encore plus de 70% de notre mix énergétique.

Installer des éoliennes, combien ça coûte, et combien ça rapporte ?

=>

Produire 1 MWh terrestre coûte en moyenne 50 à 70 €. Ce montant tient compte de l’ensemble des coûts, depuis l’achat des éoliennes et le développement du projet, jusqu’à leur démantèlement en fin de vie après une vingtaine d’années de fonctionnement. L’éolien terrestre est ainsi le moyen de production d’électricité le plus compétitif avec les moyens conventionnels comme les centrales gaz à cycle combiné.
Les éoliennes sont des sources de revenus au niveau local grâce aux taxes dues par les exploitants des parcs éoliens, qui génèrent des recettes fiscales au niveau local, comme toute activité économique implantée sur un territoire. Une éolienne terrestre rapporte ainsi de 10 000 € à 12 000 € par an et par MW installé aux collectivités territoriales environnantes. Pour citer un exemple concret, pour un parc de 5 éoliennes de 2 MW chacune, c’est un gain de 100 000 € à 120 000 € par an pour les collectivités.

Une éolienne fait-elle du bruit ?

=>

Les éoliennes émettent un bruit de fond, principalement des basses fréquences entre 20 Hz et 100 Hz. Ce bruit est dû à des vibrations mécaniques entre les composants de l’éolienne et au souffle du vent dans les pales. À 500 mètres de distance (distance minimale obligatoire entre une éolienne et une habitation), il est généralement inférieur à 35 décibels : c’est moins qu’une conversation à voix basse.
On dit que les éoliennes sont aussi à l’origine d’infrasons. Les campagnes de mesure de bruit réalisées récemment par l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) montrent que ces infrasons sont émis à des niveaux trop faibles pour constituer une gêne et encore moins un danger. À titre de comparaison, les infrasons émis par notre organisme (battements cardiaques ou respiration) et transmis à notre oreille interne sont plus intenses que ceux émis par les éoliennes.

Les éoliennes sont-elles dangereuses pour la biodiversité ?

=>

Avant d’implanter un parc éolien, des études environnementales obligatoires sont réalisées pour analyser le comportement des oiseaux et des chauves-souris. Ce comportement est pris en compte pour définir la zone d’implantation des éoliennes. L’installation doit se faire hors des couloirs de migration ou des zones sensibles pour les oiseaux nicheurs, comme les zones de nidification. Il existe par ailleurs des systèmes de bridage des éoliennes en période de forte activité des chauves-souris grâce à des capteurs d’activité notamment. Tous les parcs éoliens font l’objet d’un suivi régulier de la mortalité de ces espèces.

Comment fonctionne une éolienne ?

=>

Les éoliennes fonctionnent à des vitesses de vent généralement comprises entre 10 et 90 km/h. Un système permet d’orienter la nacelle afin que le rotor soit toujours face au vent. Les pales de l’éolienne captent la force du vent et font tourner un axe (le rotor) de 10 à 25 tours par minute.
L’énergie mécanique ainsi créée est transformée en énergie électrique par un générateur situé à l’intérieur de l’éolienne, dans la nacelle. Cette électricité est ensuite convertie pour être injectée dans le réseau électrique vers nos foyers par des câbles souterrains.
La puissance est la quantité d’énergie produite ou transmise instantanément. Les éoliennes actuellement installées ont une puissance maximale de 3 à 4,5 MW, ce qui correspond donc à la quantité maximale d’énergie qu’elles peuvent produire instantanément, lorsque le vent est suffisamment fort. Si le vent est plus faible, l’énergie fournie sera moindre.
La puissance maximale n’est donc pas un très bon indicateur pour évaluer la performance d’une éolienne. Ce qui compte avant tout, c’est la quantité totale d’énergie électrique produite en une année. La force, la fréquence et la régularité des vents sont des facteurs essentiels pour que l’installation d’une éolienne soit intéressante, quelle que soit sa taille.

Combien de temps durent les éoliennes, et que deviennent-elles ensuite ?

=>

Au bout de 20 à 25 ans d’exploitation, les éoliennes sont démantelées et recyclées :

  • L’acier et le béton (90 % du poids d’une éolienne terrestre), le cuivre et l’aluminium (moins de 3% du poids) sont recyclables à 100%.
  • Les pales, constituées de composite associant résine et fibres de verre ou carbone (6% du poids de l’éolienne), sont plus difficiles à recycler. Nous parlons donc de revalorisation dont le principe est d’utiliser le composite comme combustible en cimenterie, le broyer et l’incorporer dans des produits BTP (matériaux de construction du bâtiment, d’isolation ou de routes) ou encore récupérer les fibres de carbone par décomposition chimique à très haute température (pyrolyse), pour en faire du mobilier urbain, accessoires sportifs, …

Le béton utilisé pour la base est-il définitif ?

=>

L’éolien ne consomme qu’une infime partie du béton utilisé en France et ne participe que très peu à l’artificialisation des terres. L’installation d’un parc éolien génère à la fois une consommation de surface et de béton pour les fondations.
RP Global s’est toujours engagé à ce que le béton utilisé pour la construction de nos parcs soit intégralement retiré pour ensuite être recyclé ou valorisé.
Depuis le 22 Juin, un arrêté précisant les conditions de démantèlement d’éoliennes oblige tous les porteurs de projets à défaire l’intégralité du béton utilisé pour les fondations de chaque machine jusqu’à la semelle, à l’exception des pieux.
-> Voir le texte de loi modifié à date du 22 Juin 2020 ici.

L’éolien sert-il vraiment à quelque chose ?

=>

En matière d’électricité, les énergies renouvelables représentent une chance de limiter notre impact sur l’environnement. Sur terre ou en mer l’énergie éolienne est un allié naturel. L’éolien n’émet pas de gaz à effet de serre et ne rejette pas de déchet toxique. Au cœur des territoires, les citoyens se tournent désormais vers de nouveaux modes de consommation plus responsables et écologiques.
Cette prise de conscience et notre besoin collectif de mettre en œuvre la transition énergétique, font de l’éolien la clef de voûte d’un avenir où les générations futures disposeront d’une énergie propre, sûre et inépuisable.
En France, l’électricité produite par des énergies renouvelables (hydraulique, éolien, solaire, méthanisation, …) complète la production d’électricité des centrales nucléaires et des centrales à combustibles fossiles. Toutes ces énergies composent le bouquet énergétique français. La part des énergies renouvelables devra doubler dans ce bouquet pour atteindre 40% de la consommation d’électricité d’ici 2030 (objectif de la Loi de transition énergétique pour la croissance verte). L’énergie éolienne est précieuse, notamment en hiver, quand les besoins électriques pour le chauffage sont importants. À cette saison, les vents sont fréquents et permettent de produire de l’électricité au moment où les foyers en ont le plus besoin. Le surplus de production électrique peut aussi être exporté vers des pays voisins.
Les bénéfices de cette énergie sont nombreux :

  • Limiter les émissions de gaz à effet de serre
  • Sécuriser la production d’électricité
  • Diminuer notre dépendance énergétique et stabiliser les prix
  • Stimuler l’économie locale

  • C’est l’énergie qui a le plus fort potentiel de croissance et pourrait devenir la première source d’électricité en France, devant l’énergie solaire photovoltaïque et l’énergie hydroélectrique, de quoi nous permettre d’atteindre plus de 80% d’électricité renouvelable.

Notre actualité

CLS N°3 – Étude de faisabilité du projet éolien

Les conditions sanitaires actuelles ne nous permettent pas de réaliser des réunions en présentiel.  Nous avons donc décidé de réaliser…

Nos publications

Compte rendu CLS N°3

Dans le document suivant, nous vous proposer d’analyser les résultats du questionnaire fournit lors du CLS N°2. Bonne consultation !